Travailler sur un bateau en Australie




Ça y est c’est décidé vous partez bientôt en Australie avec un PVT. Mais qu’allez-vous faire une fois sur place ? Du WWOOFING ? du fruit picking ? Non, le travail en ferme très peu pour vous … Alors si vous avez le pied marin et que les belles plages de sable blanc des Iles Whitsunday vous font rêver alors vous devriez envisager de partir travailler sur un bateau en Australie !

Devenir deckhand en Australie

Devenir équipier sur un voilier est accessible à tous

Quand on parle ici de travailler sur un bateau, il ne s’agit pas de paquebot ou de chalutier bien entendu, mais plutôt de voilier ou de tout autre type de bateaux de plaisance.
Le principal type de job proposé sur ces embarcations est celui d’équipier (deckhand). L’équipier est l’homme (ou la femme !) à tout faire du bateau et une chose est sûre, il ne doit pas avoir peur de se donner physiquement ! Manier une grand-voile c’est quelque chose !

Travailler sur un voilier c’est aussi avoir un minimum de notions en terme de navigation. Alors si pensez qu’il faut aller à gauche quand on vous dit A tribord toute ! ou si vous tendez simplement l’oreille quand on vous demande de changer l’écoute, vous devriez prendre le temps de vous pencher sur le lexique de la navigation maritime.

Mais rassurez-vous, si vous ne savez pas par où commencer, nous allons vous donner quelques astuces pour vous former et trouver un job le plus rapidement possible !

Se former pour travailler sur un bateau en Australie

Des voiliers, il y en a pour tous les goûts ! Des petits, des grands, des voiliers pour des croisières touristiques, des voiliers appartenant à des privés … Du coup, on exigera pas la même chose d’un deckhand selon que le propriétaire du bateau est une entreprise qui transporte des milliers de touristes chaque année ou que l’on est un riche voyageur qui recherche 2 ou 3 personnes pour l’aider lors d’un petit voyage au milieu d’îles paradisiaques.

Vous pouvez débuter votre apprentissage en suivant une formation (généralement 3 jours) débouchant sur l’obtention d’un Elements of Shipboard Safety (ESS). Ce type de formation est donnée par de nombreux TAFE australiens (qui sont plus ou moins des établissements correspondant à nos IUT) et permet d’acquérir les éléments de sécurité nécessaires sur un bateau.
Ce programme coûte entre 200 et 500 dollars australiens selon l’établissement formateur.

Il existe aussi des formations plus longues, plus « concrètes » mais aussi plus chères.

23 jours de formation aux Whitsundays !

Par exemple, Explore Whitsundays est une entreprise australienne qui organise des excursions en voilier dans l’archipel des Whitsundays dans le Queensland via l’une de ses filiales (Prosail Whitesundays). Moyennant 2459$AUS (environ 1700 euros), elle propose à des matelots en herbe une formation, appelée Learn to Earn, de 23 jours dont une bonne partie se fait en mer (environ 12 jours) autour des plus belles plages de l’archipel (voir la vidéo ci-dessous).
A la fin de cette formation, vous obtenez un International Crew Certificate, délivré pas l’association International Yatch Training. Explore Whitsundays pourra également vous proposer un job directement après cette formation si une place est disponible au sein de l’équipe et que votre période de formation a été suffisamment satisfaisante.


 


Trouver un job de deckhand en Australie

Une fois que vous aurez acquis quelques bases, il faudra vous mettre à la recherche d’un job. Pour cela, vous disposez de la solution classique : chercher sur internet. Vous pouvez chercher sur des sites spécialisés comme par exemple FindACrew.net ou via des meta-moteurs tels que CareerJet ou Indeed.

Mais comme le raconte Eric, un français qui a tenté l’expérience lors de son PVT en Australie, la bonne vieille méthode du bouche-à-oreille fonctionne encore très bien :

J’ai voyagé en mer, au milieu des îles, pendant 5 semaines en travaillant sur un bateauPour trouver un job de deckhand et travailler sur un voilier en Australie pendant quelques temps, on peut aussi aller directement au port, ou même au bar du port, pour faire marcher le bouche-à-oreille. Il ne faut pas hésiter à laisser une annonce quelque part. Par exemple, j’ai souvent vu dans les ports des livres où des équipiers volontaires inscrivaient leur nom, leur numéro de téléphone, leur expérience et là où ils souhaitaient aller. J’ai fait deux voyages de 5 semaines de cette manière. Je n’étais pas payé puisque je travaillais pour des particuliers qui avaient juste besoin d’un coup de main. Lors du premier voyage, j’ai même payé 30$ par jour mais j’étais nourri, logé, blanchi et je visitais l’archipel. Sur le second voyage, je n’ai rien payé car ils avaient vraiment besoin de quelqu’un qui s’y connaissait un peu. »

 



Articles à lire...