Témoignage : « J’ai trouvé mon stage à Hawaii par moi-même »




[info_box_2]Sarah a 24 ans. Elle est aujourd’hui en recherche d’emploi. Elle a commencé ses études par un BTS puis s’est tournée vers un Master d’Ingénieur à AgroCampus Ouest. Après avoir voyagé en Finlande dans le cadre d’ERASMUS puis à Hawaii et en Australie où elle a réalisé plusieurs stages, elle voit aujourd’hui son avenir à l’étranger. Nous l’avons interrogée sur ses expériences professionnelles à Honolulu, Brisbane et Sydney.[/info_box_2]

CursusMundus : Bonjour Sarah ! Durant tes études, tu devais effectuer plusieurs stages. Pour ta première expérience professionnelle à l’étranger, tu as réalisé un stage de 4 mois à Hawaii. Comment as-tu trouvé une entreprise là-bas ?

Sarah : On va dire que j’ai eu beaucoup de chance. Je devais effectuer un stage dans un pays anglophone. J’ai envoyé des CV et lettres de motivation partout (Angleterre, Australie, Etats-Unis, etc…) et la seule et unique réponse positive que j’ai eu était à Hawaii (Honolulu). Pour trouver mon stage j’ai uniquement utilisé le moteur de recherche Google et des mots-clés qui correspondaient à mon métier.

CursusMundus : Donc tu n’as pas fait appel à une agence de placement ?

Sarah : Non du tout, je n’ai même pas utilisé le réseau de mon école et les anciennes fiches de stage. Je voulais aller là où personne n’était passé avant moi (de la même école). Je me suis donc débrouillée seule.

CursusMundus : Les procédures de visa pour partir aux Etats-Unis sont plutôt lourdes. Pour partir en stage, il faut notamment passer par un organisme sponsor. Comment t’es-tu renseignée sur les procédures de visa ?

Sarah : Le service « International » de mon école étant incompétent pour cela, j’ai heureusement rencontré une étudiante qui était déjà partie à Hawaii et qui m’a donné le nom de l’organisme qu’elle avait utilisé (« Parenthèse » à Paris). Je les ai contactés et ils se sont chargés de mon dossier. Mais en effet les procédures de visa sont très lourdes pour les Etas-Unis.

CursusMundus : Et pour le logement, comment as-tu fait ?

Sarah : Pour Hawaii, j’ai contacté l’Alliance Française d’Hawaii. J’ai expliqué mon cas, ils m’ont dit qu’il connaissait justement une famille qui serait prête à me louer une chambre. Je suis donc entrée en contact avec eux et nous nous sommes organisés. Pour une première expérience à l’étranger, être en famille était plutôt rassurant.

CursusMundus : Cette première expérience a dû être fabuleuse ?

Sarah : Ce fut une belle expérience même si cela n’a pas toujours été simple tous les jours. Mon patron était assez difficile à vivre et a essayé de ne pas me payer comme convenu. Mon logement était assez loin de mon travail (1H30 de trajet le matin pour me rendre au travail). C’était aussi cher pour juste une chambre et les repas…

CursusMundus : Peux-tu nous raconter comment tu t’es débrouillée pour tes stages en Australie ?

Sarah : Concernant Brisbane, j’ai cherché de la même manière que pour Hawaii (via Google) et envoyé des CV et lettres en bon nombre. Et là j’ai été acceptée. Mes patrons m’ont tout de suite proposé de m’héberger, j’ai accepté malgré mon expérience à Hawaii et tout s’est très bien passé. C’était pratique pour le travail et vraiment économique cette fois-ci.
Concernant Sydney, toujours Google et de nombreuses candidatures spontanées ! Là j’ai cherché un logement sur un site appelé Gumtree. J’ai trouvé assez rapidement. Comme le logement n’était pas disponible pour ma première semaine de boulot, je suis allée à l’hôtel Formule 1. Je pouvais me le permettre financièrement (stage très bien payé) sinon je conseille d’arriver dans une auberge de jeunesse (nombreuses là-bas) et de chercher un appart (une collocation) directement sur place. Après l’hôtel, j’ai logé dans un appartement avec 6 autres filles. Nous étions 2 dans ma chambre.

CursusMundus : Et maintenant où en-es tu ?

Sarah : Diplômée, je suis à la recherche d’un emploi depuis 4 mois. Comme j’ai le sentiment que je ne trouverai pas en France (4 mois en recherche active sans décrocher un seul entretien), je me remets à chercher à l’étranger. Je traduis mes CV et lettres et je cherche via Google des sites qui regroupent les annonces. J’ai bon espoir que mon CV m’ouvrira les portes de l’international.

Depuis la publication de cet article, Sarah a décroché, depuis la France, un CDI dans la région de Sydney en tant que Landscape Designer.

Crédits : Illustration



Articles à lire...