Financer son séjour linguistique




La question du financement est souvent la plus difficile à résoudre parmi toutes les interrogations qui apparaissent au moment de choisir un séjour linguistique.

Il n’existe pas de bourses pour prendre des cours de langue à l’étranger (sauf 1. pour les citoyens belges, habitants de la région wallone, qui peuvent bénéficier des bourses du Plan Marshall, 2. pour les habitants de certaines régions françaises).

Il faudra donc dans la plupart des cas trouver un moyen de financer son séjour linguistique par soi-même.

 

Financer un séjour en trouvant un emploi sur place

Que vous choisissiez de faire un séjour linguistique de longue ou de courte durée, vous pouvez prévoir de le financer en trouvant un emploi à mi-temps une fois sur place (serveur, barman, hôte de caisse …).

Les personnes prévoyant de prendre des cours pendant une courte durée devront toutefois envisager de rester sur place une fois leur formation linguistique terminée. En effet, si vous expliquez à un employeur que vous n’êtes là que pour 3 mois, il n’y a aucune chose que celui-ci vous offre une place.

Quelque soit la durée de votre séjour, vous devrez envisager de rester au moins 6 mois dans le pays pour espérer trouver un emploi.

Si jamais, vous ne pouvez pas rester suffisament de temps pour trouver un emploi, alors il faudra simplement envisager de travailler en France auparavant pour financer votre séjour par la suite. Vous accumulerez en plus de l’expérience professionnelle que vous pourrez alors valoriser sur votre CV lors de vos démarches auprès des employeurs.

 

Financer un séjour linguistique : les conditions pour travailler

Il n’est pas toujours possible de travailler ou étudier comme on le voudrait dans tous les pays.

Par exemple, il peut être difficile, pour ne pas dire impossible, de travailler pendant son séjour linguistique aux USA.

Pour l’Australie, vous pouvez cumuler job et cours d’anglais grâce au PVT (mais votre période d’études ne doit pas excéder 4 mois). Il en va de même pour la Nouvelle-Zélande (3 mois) et le Canada (6 mois).

D’une manière générale, le plus simple est de réaliser son séjour linguistique dans un pays membre de l’Union Européenne. En effet, les citoyens européens sont libres de circuler, étudier et travailler dans chacun des 27 pays de l’UE. Il n’y a pas de durée maximale pour étudier ou travailler et surtout, aucune démarche de visa à effectuer.

Enfin, la solution idéale pour travailler pendant son séjour linguistique est probablement d’opter, si possible, pour un séjour au pair. Dans tous les cas vous serez rémunéré, logé, nourri et, forcément, autorisé à travailler !



Articles à lire...