Étudier à l’étranger après une licence


Cet article vous intéressera si vous souhaitez :
– connaître les formalités pour vous inscrire dans une université à l’étranger
– savoir comment partir avec ERASMUS
– découvrir ce que sont les cursus intégrés


Sans aucun doute, étudier à l’étranger après sa licence demeure à l’heure actuelle le meilleur moment pour partir.

Il existe en effet plus de solutions et plus de facilités pour partir faire un master à l’étranger que pour partir faire une licence.

Pour partir étudier à l’étranger après un bac+3, plusieurs voies sont possibles. Vous avez alors le choix entre :

  • vous inscrire à un programme de Master dans une université étrangère
  • partir dans le cadre d’un accord entre l’université dans laquelle vous avez fait votre licence et une université partenaire à l’étranger
  • candidater à un diplôme mené conjointement par une université française et une université étrangère (comme c’est le cas pour les Masters et Doctorats Erasmus Mundus)

1. Faire un master dans une université à l’étranger

La première solution, que de nombreux étudiants n’hésitent plus à choisir, est donc celle d’une inscription directe auprès d’une université d’un autre pays. Celles-ci sont en effet de plus en plus en recherche d’étudiants internationaux et n’hésitent d’ailleurs plus à offrir des bourses pour attirer les meilleurs d’entre eux dans leurs programmes de Master.

Nous avons détaillé dans plusieurs articles les démarches que vous devez entreprendre pour partir faire un master dans une université étrangère :

2. Partir à l’étranger pendant son Master en France

Une seconde solution permettant de poursuivre ses études à l’étranger après une licence consiste à s’inscrire dans l’université française de son choix et tenter d’être sélectionné pour partir un semestre ou un an dans une université partenaire.

Cette solution a pour avantage d’être très peu coûteuse car, dans la majorité des situations, seuls les frais de scolarité français seront à payer. Ainsi, il peut s’avérer très économique d’utiliser cette option pour partir suivre des cours dans un pays où les frais universitaires sont habituellement très hauts, d’autant plus que des bourses peuvent être facilement obtenues.

Toutefois, utiliser un accord d’échange pour suivre un cursus de master à l’étranger présente quelques inconvénients :

  • il n’est pas possible d’obtenir le diplôme de l’université partenaire
  • il faut parfois tout de même payer une partie des frais de scolarité de l’université étrangère
  • il n’est pas certain que l’université française que vous choisissiez disposent d’un accord pour faire partir des étudiants de votre discipline dans le pays que vous souhaitez
  • il y a très peu de places disponibles, et les universités françaises privilégient les étudiants ayant suivi une licence chez elles et ceux ayant obtenu les meilleurs notes

3. Suivre un cursus intégré du type Erasmus Mundus

La dernière solution pour étudier à l’étranger après une licence, consiste à choisir un programme de Master mené à la fois par une université française et par une ou plusieurs universités étrangères.

Vous êtes alors sûr de partir étudier à l’étranger pendant un semestre ou un an. Vous êtes également assuré d’obtenir un diplôme qui soit validé par toutes les universités parties-prenantes à cette formation (diplôme conjoint), ou plusieurs diplômes, de niveau identique, délivrés par chaque université.

Ce système de formations conjointes a été popularisé au niveau master par les programmes labellisés Erasmus Mundus.

Toutefois, il existe de nombreux Masters délivrés conjointement par les universités sans que ceux-ci n’entrent nécessairement dans le cadre du programme Erasmus Mundus.

L’Université franco-allemande est aussi un acteur incontournable de la diffusion de ce modèle.