Etudier à l’étranger après un BTS ou un DUT


Cet article vous intéressera si vous souhaitez :
– partir étudier à l’étranger après un BTS
– partir étudier à l’étranger après un DUT
– partir étudier à l’étranger après un Bac+2 : CGPE ou deux années de licence


Il est tout à fait possible de partir étudier à l’étranger après un bac+2, qu’il s’agisse de partir après un BTS, un DUT, une CPGE ou après deux années de licence.

Nous allons donc vous donner ici les pistes indispensables à connaître pour faire vos études dans une université à l’étranger après vos deux premières années d’études supérieures. Vous verrez que les opportunités ne manquent pas !

1. Faire une troisième année de bachelor à l’étranger

Votre premier souhait sera sans doute de compléter votre formation en réalisant une troisième année de bachelor (licence) dans une université étrangère.

Dans certains cas, cette option est totalement envisageable, dans d’autres, l’université estimera que vos deux années d’études en France ne vous permettent pas d’intégrer une troisième année et vous proposera alors plutôt d’intégrer une seconde année de bachelor.

Chaque université est libre d’admettre ou non un étudiant étranger titulaire d’un bac+2 dans l’une de ses formations et de juger du niveau d’équivalence d’un diplôme étranger avec ceux qu’elle propose.

Faire ses études en Australie après un bac+2

Dans la majeure partie des cas, il vous sera possible d’étudier en Australie après un bac+2. Un accord entre la France et l’Australie permet en effet aux titulaires d’un BTS, d’un DUT, d’une Licence 2 et à ceux ayant accompli leurs deux années de classe préparatoire de faire une troisième année de bachelor dans une université australienne.

S’inscrire dans une université anglaise après un bac+2

Il sera aussi généralement assez facile d’étudier en Angleterre après un bac+2. Pour postuler, il suffit de s’inscrire sur le portail de candidature UCAS (équivalent du site français Admission Post-bac). Les étudiants ayant déjà effectué deux années d’études en France devront simplement indiquer les programmes suivis et/ou les diplômes obtenus afin de pouvoir s’inscrire en troisième année.
Par exemple, de plus en plus d’étudiants français ayant passé deux années en IUT choisissent de partir étudier en Angleterre après leur DUT pour y réaliser la dernière année d’un bachelor.

Partir aux USA après un bac+2

Si vous souhaitez plutôt étudier aux USA après un BTS ou après un DUT, les chances d’intégrer un bachelor en troisième année sont plus minces. Les étudiants ayant effectué deux années d’études dans l’enseignement supérieur en France seront plus généralement admis en deuxième année.

2. Faire un certificat à l’étranger après un bac+2

Il peut parfois être difficilement envisageable de financer une année d’études débouchant sur un diplôme dans certains pays. Par exemple, en Angleterre, les frais de scolarité pour une année de bachelor sont généralement compris entre 6000 et 9000£. Quant à une année d’études aux USA, elle peut rapidement atteindre plusieurs dizaines de milliers de dollars.

Cet investissement peut donc freiner bien des ambitions. Toutefois, il existe une solution alternative, coûtant bien moins chère, que les étudiants diplômés d’un bac+2 peuvent envisager.

Les universités proposent en effet des programmes de formation débouchant sur des certificats (certificates) qui, s’ils n’ont pas la valeur d’un bachelor, peuvent tout de même s’avérer très utiles pour la suite d’une carrière en France ou ailleurs dans le monde.

Par exemple, UCLA propose de nombreux certificats accessibles à des étudiants internationaux via sa branche de formation continue, UCLA Extension.

3. DUETI, l’idéal pour étudier à l’étranger après un DUT

Le DUETI ou Diplôme Universitaire d’Etudes Technologiques Internationales est un diplôme créé par les IUT français pour permettre aux étudiants de partir étudier à l’étranger après un DUT en validant une année supplémentaire dans une université partenaire.

La plupart des IUT n’accepte en DUETI que les étudiants titulaires d’un DUT de leur propre établissement, tandis que d’autres sont plus ouverts (par exemple, les titulaires d’un BTS ou même d’une licence professionnelle peuvent postuler dans certains établissements).

Sur le plan financier, faire une troisième année à l’étranger dans le cadre du DUETI présente de nombreux avantages. En effet, les étudiants sont officiellement inscrits en France ce qui leur donne la possibilité de toucher une bourse ERASMUS (si le séjour est fait en Europe), une bourse du CROUS (délivrée sur critères sociaux) et/ou éventuellement une bourse régionale. Malgré cela, en fonction du pays et de l’établissement, il faudra parfois compter des frais de scolarité allant de 1000 (pour une université canadienne par exemple) à 10 000 euros (pour une université australienne).

4. Bourse pour un stage à l’étranger post-DUT

Les IUT ont une autre corde à ajouter à leur arc en ce qui concerne la mobilité internationale de leurs étudiants : la bourse de la Fondation Pierre Ledoux – Jeunesse Internationale.

Grâce à la bourse Pierre Ledoux, près de 200 étudiants en IUT ont été soutenus financièrement dans la réalisation d’un stage à l’étranger d’une durée de 3 à 6 mois durant leur année post-DUT.

Le montant total de la bourse est fonction des ressources financières du candidat et des frais occasionnés par le séjour à l’étranger. Les sommes attribuées peuvent aller jusqu’à 2000/2500 euros.

Pour être éligible, les étudiants doivent être de nationalité française, avoir moins de 35 ans et soumettre un projet élaboré par eux-même, en relation avec une entreprise étrangère (ou française établie à l’étranger) et/ou un établissement d’enseignement supérieur étranger partenaire de la même région (les dossiers remplissant la condition « et » seront prioritaires), et avec le tuteur enseignant français.

Le rapport de stage issu de cette expérience devra ensuite être présenté devant le jury de la Fondation Pierre Ledoux.

Se renseigner directement auprès des IUT pour savoir comment candidater et bénéficier de cette aide.