10 solutions pour partir au Canada




Avoir envie de partir au Canada c’est une chose. Savoir comment s’y prendre en est une autre ! Pour bien débuter, retrouvez ici 10 solutions pour vous envoler au pays des caribous !

1. Etudier de Montréal à Vancouver

Partir étudier au Canada, rien de plus simple ! Notamment si l’on choisit le Québec comme point de chute ! Il faut dire que les universités québécoises sont très actives en France. Elles y viennent régulièrement pour rencontrer les étudiants français à Paris ou en province. CursusMundus était d’ailleurs partenaire de leur dernière tournée qui s’est tenue en février 2012 en Ile-de-France ! Pour connaître les prochaines dates de rendez-vous avec les universités québécoises, suivez-nous sur Facebook !

 

2. Faire un stage étudiant

Grâce au programme Expérience Internationale Canada, les étudiants français peuvent obtenir facilement un permis pour faire un stage au Canada. Seul hic, les quotas ! Le nombre de permis délivré chaque année par l’Ambassade du Canada est limité et il faut donc s’y prendre très tôt pour être sûr de pouvoir partir.

 

3. Des opportunités de stage pour jeunes diplômés et demandeurs d’emploi

Pour ceux et celles qui ont fini leurs études mais qui souhaiteraient tout de même faire un stage hors cursus à l’étranger, il existe un permis permettant de faire un stage au Québec lorsque l’on n’est plus étudiant. Le programme est géré par l’Office Franco-Québecois pour la Jeunesse. Il permet de partir au Canada pour une durée maximale de 6 mois.

 

4. Le PVT Canada, le sésame pour partir au Canada

Vous n’avez jamais entendu parler du PVT ? Peut-être avez vous alors entendu parler du WHV ? Non ? Le PVT (ou WHV en anglais) est un permis qui permet de se rendre au Canada pour une durée maximale d’un an tout en ayant le droit de travailler sans pour autant avoir à trouver un employeur avant de quitter le sol français contrairement aux autres permis de travail.

Le PVT Canada est extrêmement populaire. Moins de 7000 permis sont délivrés chaque année. L’ouverture de la période de dépôt des dossiers est attendue par les jeunes voyageurs aussi impatiemment qu’une période de solde l’est par les fashionistas. En 2011, le quota de permis a été épuisé en 10 jours ! Pour être sûr de ne pas se louper, encore une fois, suivez-nous sur Facebook on vous préviendra !

 

5. Obtenir un CDD pour travailler

Les moins de 35 ans peuvent aussi partir travailler au Canada en CDD pour une période pouvant aller jusqu’à 18 mois. Ce programme est aussi soumis à un quota annuel de permis. S’il permet de rester plus longtemps sur le sol canadien que le PVT, il présente un inconvénient majeur : il faut absolument trouver un employeur au Canada avant de partir.

 

6. Des jobs d’été pour les étudiants

Les jeunes français peuvent aussi aller au Canada pour un job d’été d’une durée maximale de 3 mois, entre mai et septembre. Là aussi il est indispensable d’obtenir un contrat de travail avant de faire une demande de permis, c’est d’ailleurs souvent l’étape la plus difficile à franchir.

 

7. Partir au Pair : une option très réglementée

Il existe également un permis de travail spécialement créé pour les personnes souhaitant partir au pair au Canada. Ce programme est très réglementé. Il est notamment indispensable d’être qualifié pour s’occuper d’enfants ou de personnes âgées, soit en ayant reçu une formation d’au moins 6 mois, soit en ayant au moins un an d’expérience à plein temps dans ce domaine dont 6 mois chez le même employeur (dans la même famille).

 

8. Faire un Volontariat International en Entreprise au Canada

Le Volontariat International en Entreprise est un statut particulier permettant de partir travailler à l’étranger pour le compte d’une entreprise française. Ce programme est notamment très populaire parmi les ingénieurs et les diplômés d’écoles de commerce puisqu’un très grand nombre des missions proposées en VIE leur était à la base destiné. Le VIE permet bien sûr de partir au Canada, mais pas uniquement.

 

9. Assistant de français : pour partir ailleurs qu’au Québec

Assister un professeur de français au Canada, c’est aussi une solution possible à condition toutefois d’être étudiant en filière LEA ou LLCE et d’avoir obtenu au moins une licence 3 d’anglais ou un M1 de FLE, ce qui réduit donc grandement le champ des candidats. Toutefois cette contrainte ne s’applique qu’au programme d’Assistant de Français du CIEP, et il peut être possible de trouver un poste de ce type sans faire appel à cette organisation.

 

10. Faire un chantier international au Canada

Enfin, le chantier de bénévoles internationaux est une occasion unique de découvrir le Canada autrement. Lieux improbables, rencontres internationales mais surtout voyage utile, le chantier bénévole n’est pas la plus rentable ni même souvent la plus confortable des options mais elle est unique et toujours exceptionnelle.



Articles à lire...